Parlement Européen mai 2016

Assemblée Nationale, Rassemblement aux Tuileries, Parlement Européen, Marcheurs Italiens et Espagnols

Tracts autour de l'Assemblée Nationale, puis Rassemblement des Familles historique, qui se fini au Parlement Européen.

Encore une periode chargée pour notre association. 
SVP Papa a été sollicité pour participer à la tractation autour de l'Assemblée Nationale , puis au Rassemblement des Familles, du 18 au 21 mai 2016, pour terminer par une délégation au Parlement Européen.
Merci pour la confiance que vous nous avez octroyé à notre association, c'est une preuve de notre efficacité. 
La tractation autour de l'Assemblée Nationale avait pour but de sensibiliser les Députés à la cause parentale : les placements abusifs, les grands-parents ne voyant plus leurs petits-enfants, les pères bafoués dans leur parentalité, les éloignements géographiques volontaires, les non-représentations d'enfants...
Je précise que toutes ces modalités sont prévues dans la loi et organisées pour éviter ces problèmes. Malheureusement, la justice fait ce qu'elle veut et les juges ont toute latitude pour manipuler les enfants selon leur idéologie personnelle. Il faut aussi mettre en cause les procureurs en ce qui concerne les non représentations d'enfants.
Durant 3 jours du 18 au 20 mai, quelques parents, quelques associations ont donc distribué des tracts autour de l'Assemblée Nationale. Pour ensuite se rassembler au Jardin des Tuileries, puis devant le centre Pompidou, place Michelet, ce samedi 21 mai 2016.
Ce Rassemblement des Familles a une connotation historique. Des mamans, des papas, des grands-parents, des associations sans bannière ont rejoint ce Rassemblement des Familles qui démarrait aux Jardins des Tuileries. Il faut savoir que depuis plusieurs semaines, des marcheurs espagnols et Italiens traversent la France pour rejoindre le Parlement Européen de Bruxelles. 
Les espagnols Nico Muñoz, Victor Bravo Sanchez et l'Italien Antonion Borromeo sont arrivés à pied à PARIS aux Jardins des Tuileries, ce samedi 21 mai 2016. Ils ont enrichi notre regroupement de parents et d'associations puis nous nous sommes rendu devant l'Assemblée Nationale. Econduits par les CRS, nous avons été escortés jusque Place Michelet entre les Halles et le centre Pompidou, par où circulent des centaines de milliers de parisiens et touristes chaque jour.
Ce rassemblement nous permet d'en tirer un constat global : l'enfant est une marchandise qui nourrit les affaires familiales. Autre constat : les juges font ce qui leur plaît. Malgré qu'il existe des lois bien précises et des textes qui devraient permettre d'arranger les choses, les juges utilisent l'enfant comme outil à business. Par exemple : en cas de placement évoqué, les textes prévoient qu'il faut privilégier l'un des parents, ensuite les grands-parents. Les juges préféreront toujours placer un enfant en foyer ou en famille d'accueil, plutôt que de le confier à un père ou à ses grands-parents. Autre exemple, la loi prévoit très clairement qu'un jugement oblige la police à intervenir en cas de non représentation d'enfant. Aucun policier n'est capable d'obliger une mère sur son pas-de-porte à remettre l'enfant au père, qui devra se contenter d'une main courante au commissariat, au mieux, d'une plainte. 

Ce rassemblement a donc une connotation historique, puisqu'il a été rejoins par des marcheurs qui ont parcourus 1400km, jusque Bruxelles. 

Suite à ce "21 mai Parisien", la délégation Espagnole a accepté que des Français se joignent à leur cortège pour être reçus au Parlement Européen. Le président de SVP Papa, ainsi qu'un parent militant très actif dans la revendication des droits de l'enfant à voir ses deux parents se sont exprimés au Parlement Européen. Le marcheur Italien sera quant à lui, reçu quelques jours après, par une délégation Italienne.
Pour une audition de deux heures, nos compères Espagnols ont pu exprimer leurs doléances, tant personnelles que globales et le constat est le même : nos pays semblent avoir peur du père. 
Les pères ne sont pas responsabilisés dans leur fonction parentale, ils sont écartés par la justice du quotidien de l'enfant. Plusieurs députés, dont l'un Allemand et une Américaine ont entendu et constaté les revendications en faveur des enfants. Il semble que l'Union Européenne tende à harmoniser l'égalité des droits pour tous les citoyens, ce qui comprend pour l'enfant, le fait de vivre avec ses deux parents dans les faits et non  un week-end sur deux. Mais le chemin sera encore long puisque l'Union Européenne ne peut obliger directement les pouvoirs judiciaires de chaque pays à statuer.

 

Les Français ont pu transmettre leur constat, simple : des lois existent pour qu'il y ait une égalité entre les parents devant les tribunaux ou pour que les enfants bénéficient de leurs deux parents, mais les juges ne les respectent pas. Nous reprenons le constat des Espagnols : il y a un sentiment social qui craint le père.

Notre parent français a rappelé qu'il avait rejoint la marche de papas de la Moselle jusque l'Elysée, organisée en janvier 2015. 

La suite ? 
Des contacts internationaux se sont créés et des députés europeens ont ouvert un dossier sur la cause des enfants à voir leurs parents régulièrement. SVPPapa s'était déjà rendu au Parlement européen en juin 2013. Des connections vont donc se créer, s'orgniser, se maintenir. 

Merci aux Marcheurs Espagnols et Italiens de nous avoir accepté parmi eux. Merci aux instigateurs et notamment à l'instigatrice du Rassemblement des familles de nous avoir fait confiance. 
Merci aux papas, mamans, associations d'avoir grossi les rangs de ce rassemblement. 


 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×